DELHI, FIN DU VOYAGE

Publié le par Mireille

Nos prévisions se réalisent, hélas! L'hôtel trouvé sur le Lonely Planète, notre guide, n'existe plus. Une nuée de rabatteurs s'abat sur nous qui cherchons désespérément un hôtel. Nous trouvons une autre adresse conseillée par le Lonely, mais le patron, peu scrupuleux, nous propose une chambre en cours de réfection pour le prix d'un 4 étoiles! Après une négociation serrée, nous arrivons à un meilleur prix et nous restons pour une nuit.

Mardi 20 mai: Le lendemain matin, nous trouvons un hôtel d'un rapport qualité-prix nettement supérieur, et nous partons à l'assaut de l'ambassade de France pour obtenir un substitut du passeport volé (pardon, il faut dire « perdu », pour ménager la susceptibilité des fonctionnaires indiens). Pour obtenir ce laisser-passer, nous poirotons 3 heures, dont 2 pour avoir la signature du Consul en réunion. Ceci dit, l'argent de nos impôts est bien employé, les bâtiments sont beaux, immenses, bien entretenus. Ensuite, il faut aller faire tamponner ce précieux document par l'administration indienne, à l'autre bout de la ville, de façon à avoir un exit visa, qui permet de quitter le pays. Pas de chance, c'est fermé, jour férié! En plus il se met à pleuvoir. Alors, fâchés contre l'Inde et les Indiens, nous allons manger des frites et des nuggets dans un fast food. Cet acte de protestation pacifique accompli, nous faisons du shopping. Les marchés de Delhi sont tout indiqués pour ça, on y trouve de tout, de toutes les régions , à des prix négociables.

Mercredi 21 mai: retour au bureau administratif où nous sommes confrontés à la logistique indienne. Une centaine de personnes doit passer devant une seule employée, qui ventile les demandes sur six comptoirs, où il faut à nouveau faire la queue. Nous sommes entassés, bousculés, les enfants pleurent... C'est complètement surréaliste! Au bout de 3  heures, nous avons rempli le document adéquat, mais il faudra revenir le chercher jeudi en début d'après midi.

L'après midi, nous allons au National muséum, important musée sur les civilisations anciennes de l'Inde. Musée très intéressant ou nous passons un long moment.

Jeudi 22 mai: 13H30, nous revoici au bureau pour récupérer le visa de sortie. Mercredi, une employée nous avait dit que ce serait rapide, mais, expérimentés, nous prévoyons une attente de 3 heures, délai standard. Évidemment, il manque une pièce, qui doit arriver par fax (on ne sait pas trop laquelle, car on a déjà rempli plein de formulaires) et il faut patienter... Comme nous devons partir le lendemain ,et que notre affaire n'avance pas, nous téléphonons à l'ambassade de France qui nous donne les coordonnées d'un responsable à aller voir. Dommage, il n'arrive qu'à 16 heures, mais dès qu'il est là, il missionne un de ses collaborateurs, et en une petite demi heure, après être passé devant plusieurs personnes qui ont rempli des paperasses et des registres,tamponné, nous avons enfin L'EXIT VISA! 3  heures, mission accomplie dans des délais normaux pour le pays, mais difficiles pour des Occidentaux. A part un ou deux Indiens qui trouvent que c'est pénible, personne ne se plaint .

Nous passons la fin de la journée dans un très grand parc ou les habitants de Delhi viennent en nombre. La mousson s'annonce précoce , et il pleut assez souvent, transformant les rues plates de Delhi , ou les évacuations sont bouchées ,en ruisseaux. Les gens sont contents car, avant ,la chaleur était insupportable.

Vendredi 23 mai: départ! L'exit visa suscite parfois des interrogations, mais dans l'ensemble, ça se passe plutôt bien. Un bon point pour Virgin Atlantic: deux repas sont servis, un à 14 heures (avec un whisky que l'oeil expérimenté de Guy avait repéré) et un à 19 heures.

C'est de France que nous envoyons ces articles, écrits en Inde. Pour les impressions, nous vous demandons un petit délai, car actuellement, nous sommes un peu « décalés »...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article