Dans l'Andra Pradesh

Publié le par Mireille et Guy

A Pondicherry, nous prenons un bus en direction de Visayawada, avec changement à Chennai (Madras). Nous apréhendions un peu ce changement dans une ville de plus de 6 millions d'habitants, mais avec l'aide d'un jeune Indien, nous avons pu trouver le point de départ de notre bus. La gare de bus est immense, rien n'est indiqué, et notre guide a fonctionné à la manière du GPS indien, c'est à dire demander son chemin tous les 50 mètres.

Visayawada est une ville d'un intérêt tout relatif. Nous y avons quand même trouvé de très beaux temples grottes du 7ème siècle.

Dans l'Andra Pradesh

Ensuite nous prenons le train pour Visakhapatnam, que nous appellerons Visak, comme les Indiens. On arrive la nuit,  Enormément de monde à la gare er surtout beaucoup de chauffeurs de rickshaws. Là, notre coach , le Lonely planet, nous a joué un sale tour. L' hôtel conseillé ne correspond absolument pas à la description, et nous avons même vu un cafard circuler dans la chambre. On s'en remet alors au chauffeur du tuk tuk qui nous conduit dans un très bon hôtell.

C'est une ville agréable, avec d'immenses plages malheureusement assez dangereuses pour la baignade. Ce qui n'empêche pas les familles Indiennes de venir barboter en grand nombre dans les vagues.

Dans l'Andra Pradesh

De grands immeubles ont été constuits sur le bord de mer: c'est  un peu la Croisette des années 60.

Dans l'Andra Pradesh

De nombreux petits parcs ont été aménagés pour les enfants ou le repos des adultes. Autre curiosité, un sous marin de construction soviétique est ouvert aux visiteurs après avoir servi dans l'armée indienne. C'est de la grosse mécanique! 

 

Cette ville se dit le Goa de l'Est, mais le côté cosmopolite et libéré n'y  est pas. Nous n'avons croisé aucun étranger, et les Indiennes se baignent habillées.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article